Retour sur le Congrès National des Arbitres de Saint-Malo

Fédération Française de Rugby

© Crédits Photos et videos : FFR ©

Cette année, le Congrès National des Arbitres se tenait à Saint-Malo.

Réunions des arbitres professionnels, arbitres espoirs, animateurs territoriaux avec au programme un retour sur l’année écoulée, les satisfecits ainsi que les points à améliorer et les objectifs de la saison suivante.

Retrouvez en image le contenu de ce Congrès duquel il faut retenir quelques phrases clés :

Joël Dumé, DTNA

« Nous pensons surtout qu’il faut professionnaliser la formation des arbitres plutôt que les arbitres eux-mêmes ».

Est-ce pour mettre en relief la difficulté du statut de l’arbitre de haut niveau? On avait pu entendre dans les semaines précédentes Joël Jutge parler d’une problématique pour faire signer des contrats professionnels aux arbitres actuels éligibles à ce statut (volonté de conserver leur profession actuelle notamment). Toujours est-il que quelque soit l’origine de cette volonté de professionnaliser la formation, elle ne peut aller que dans le bon sens tout en gardant à l’esprit la dimension personnelle de chaque arbitre.

Joël Jutge, DTNA Adjoint

« Les gens, les joueurs, les entraîneurs, le grand public, les médias acceptent mal que l’on prenne des décisions en fin de saison qui n’ont pas été prises durant la saison. Autant mettre le curseur assez haut dès le début de saison sur le jeu déloyal ».

Il met là en avant un besoin nécessaire (mais ô combien difficile) de cohérence sur les décisions. Cette phrase fait référence aux cartons rouges distribués lors des phases finales de TOP14.

Mais tant au niveau Professionnel, qu’au niveau Fédéral ou Territorial, il est nécessaire de faire des efforts sur cette cohérence. Tant sur les consignes de début de saison que sur la formation. Il reste difficile d’appliquer systématiquement la même sanction dans des matchs de physionomies différentes où la gestion de match – une des variables d’ajustement laissée libre à l’arbitre central- ne peut être la même d’un match à l’autre.

Quelles sanctions apporter à un derby très tendu lors de la première générale avec coups de poings caractérisés au visage? Deux cartons rouges si l’on suit les directives. Mais combien le font vraiment? Non pas par défiance envers les consignes non, mais il existe un rugby de terroir, où la salade de marron est presque institutionnelle et sanctionner à la lettre le jeu déloyal qui en résulte verrait le nombre de match arrêté par manque de joueurs en hausse vertigineuse. Peut être est-ce là l’étape nécessaire à la diminution (la disparition semble être pure utopie) du nombre de dossier disciplinaire tant décrié par les Comités et les Commissions de discipline.

Des règles claires sur les sanctions du jeu déloyal, vérifiées dans leur application sur les terrains par nous les arbitres, et communiquées en début de saison à chaque club, voilà qui ne prendrait personne en traitre, et qui pourrait gagner en cohérence. Quitte à faire grincer des dents en début de saison…

 

Didier Mené, CCA

  »Je veux que l’arbitrage Français soit le meilleur de la planète ovale ».

Volonté forte de Didier Mené, que l’on pourrait croire presque présomptueuse, mais lorsque l’on voit le travail accomplit, les actions mises en place au travers des différents stages, tests, coachs, discussions avec les clubs professionnels ne semble pas si utopique et sans fondement. La remise en question et les progressions sont là.

Il reste encore des étapes à franchir, peut être ces étapes semblent trop longues pour le grand public et les médias, mais force est de constater que l’avancée est en marche, que les objectifs vont dans le bon sens et que les arbitres espoirs ne portent pas leur noms pour rien!

Bon visionnage du résumé proposé par la FFR.